Ils sont connus pour leur tournoi de monobasket, et pour leur fabuleux cri : Anim'à fond ! A FOND ! Cette fois, c'est un événement d'athlétisme qu'ils ont organisé. Une trentaine de personnes pour une première sur la pise du côté d'Ingré. L'événement nous est raconté par Pierre.

Ce week-end Anim’à Fond organisait sa première rencontre d’athlétisme. Et ouais, y’a pas qu’le basket à Ingré ! Ceux qui ne sont pas venus peuvent le regretter : des pistes d'athlé rouges magnifiques en matière synthétique. Tous ceux qui ont chuté bénissent encore ces pistes molletonnées qui nous égratignent à peine et même nous donnent d’excellentes excuses pour se vautrer par terre en plein sprint (non, je ne pense à personne en particulier).


Photo Antoine Rondeau

Dès le samedi soir chacun d’entre nous était de la même couleur que les pistes, rouge. Rouge de fatigue après un final de quinze tours pour les 3km. Rouges des épaules et avant-bras : les petits bobos des chutes se fondent agréablement aux coups de soleil et anticipent des douches assez sympas. Le nez rouge aussi (parce qu’on est une asso de clowns, rien à voir avec nos excellentes bouteilles voyons !). Et puis bien sûr rouge de colère pour ne pas avoir réussi à franchir telle ou telle longueur. Voire même, rouge de honte pour avoir eu trop peur de sauter cette fameuse barre qui remplace désormais l’élastique au saut en hauteur (oui, c’est pour moi…).


Marin. Photo Pierre Berger

Bref : une trentaine de participants, une organisation à la limite de la perfection, une ambiance très sympa notamment grâce à Cirq’En Retz, de la lenteur, des courses, des sauts, des « un pied » et des « pieds sur la roue» (on ne parle plus anglais pour tous ceux qui sont allés à Montréal), et puis aussi : des lancers de poids dont certains atterrissent derrière le mono…, d’autres poids partent dangereusement haut vers le publique ébahi (heureusement, Pierre-Emmanuel a d’excellents réflexes de survie). Ou encore un 10km le dimanche sur les quais de Loire avec une piste de un mètre cinquante de large et quelques petits trous. L'eau est en contre bas de chaque côté de la piste mais il n'y a une rembarde que d'un seul : on espérait ainsi inventer le mono-plongeon. Mais non, personne à l'eau. (NDLR : le mono plongeon ou « water jump » ne date pas d'hier !)

Un mot sur les résultats individuels ? He ben non : juste sur le résultat de l’organisation de Thierry et Gaby qui ont fait un gros boulot pour un week-end de pure détente. Merci encore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.