…car c'est vraiment ce qui a caractérisé ce tournoi. Fort d'une magnifique salle avec trois vrais terrains de basket, l'organisation a mis l'accent sur une maximisation du temps de jeu pour l'ensemble des équipes. Résultat : plus de trois heures de match en un peu plus de 24h pour toutes les équipes. Et du plaisir, beaucoup de plaisir. Le jeu est toujours tiré vers le haut, les équipes progressent d'année en année. La dynamique est là, et elle n'est pas prête de s'arrêter. Retour sur le tournoi.

Chez les juniors, comme prévu, les troubis n'ont fait qu'une bouchée des peu habitués Braïzanbas qui ne demandaient qu'à découvrir le jeu en tournoi. Ils ont été servis !
Huit équipes étaient finalement présentes en senior, les WOOMs n'ayant pu réunir assez de joueurs pour faire trois équipes, les jaunes n'étaient pas là. La première journée a vu chaque équipe affronter toutes les autres. Si certains duels ont été serrés (les Troubadours se sont notamment spécialisés dans les matchs nuls), d'autres souvent prévisibles ont tourné à la boucherie. Les équipes dominantes ont été sans surprise les WOOMs noirs, vainqueurs de tous leurs matchs ce samedi, les AOCs qui n'ont perdu que contre les précédents, et les Cycl'one, qui jouaient pourtant sans Adrien Caire. Les Belges de Louvain ont assuré l'essentiel en s'offrant une jolie quatrième place des qualifs, devant le WOOM blanc. En bas de l'échelle, les Roule Ta Bille ont fait mentir mes pronostics en battant Pas Le Bon Pied, eux même vainqueurs des Troubadours. Bon, ça y est, je vous ai perdus ? Voici le classement après cette journée de qualif' :
1. WOOM noir
2. AOC Rond
3. Cycl'one
4. Unicycling Louvain-la-neuve
5. WOOM Blanc
6. Roule Ta Bille
7. Troubadours
8. Pas Le Bon Pied
Nous avons été accueillis le dimanche par croissants et pains au chocolats, café et fruits. Le petit déjeuner parfait pour les immenses sportifs que nous sommes tous. Attention, j'entends d'ici vos rires sarcastiques.
Tous les matchs de classements se font, comme décrit par le tableau ci-dessous. Par rapport aux qualifs, c'est le numéro un contre le numéro huit, deux contre sept, etc.
Récapitulatif des phases finales. Le gras indique le vainqueur du match.
Aucune surprise en quart de finale : les quatre premiers gagnent contre les quatre derniers des qualifs. Les demis arrivent, et avec elles, les matchs plus serrés, avec plus d'enjeu. Et les longs matchs, puisque ces demis seront jouées en quatre fois sept minutes.
En bas de tableau, les WOOM blanc se séparent des Pas Le Bon Pied, levés du pied gauche. Et les Roule Ta Bille sortent leur match référence contre des Troubadours pourtant mieux réveillés que la veille.
En haut de tableau, si le WOOM se défait sans trembler des Belges, c'est beaucoup plus compliqué pour l'AOC rond. Les Cycl'one font un match plein et c'est d'un cheveu que les AOC vont finalement réussir à s'imposer dans un des match les plus serré du tournoi. Sans surprise, on retrouvera donc la désormais classique finale WOOM noir contre AOC. Ici ce sont les ronds, alors qu'on a ces derniers temps plus retrouvé l'équipe des AOC carrés à ce stade de la compétition. Mais celle-ci n'était pas engagée à Bron.
Les « autres finales » respectent la hiérarchie déterminée la veille lors des qualifications. Cycl'one s'impose devant Louvain, Le WOOM blanc devant les Roule Ta Bille, et les Troubadours prennent leur revanche sur Pas Le Bon Pied.
Voici donc l'heure de la grande finale, aussi attendue que tendue. Et très vite, le WOOM noir prouve que ce n'est pas cette fois qu'ils vont trembler. Imposant son rythme, dominant dans le jeu. Les AOCs ont de très belles individualités, qui peinent à lier leur jeu, sûrement pénalisées à ce niveau par le manque d’entraînements communs. Dur, dur, le jeu est rude, les esprits sont tendus. Les AOCs finiront même le match à trois sur le terrain après la sortie de Éric et BB sur cinq fautes. Score finale, 45 à 22 pour les WOOM qui reprennent tranquillement et sans discussion possible le fauteuil de premier de la ligue.
La finale AOC rond contre WOOM noir. Photo de Loïc.
Pour finir quelques petites images en mouvements, parfois appelées vidéos. Celle de YannLe cri de guerre des Pas le Bon Pied. Et enfin, un petit compte-rendu orienté Belgique.
Prochain épisode : Saint Brévin en janvier !
Gingo