Un ptit week-end à Dijon, ça tient toujours ses promesses. Celui-ci n'a pas fait exception, avec les cinq disciplines classiques de la rencontre Dijon sur La Roue : du trial massif, du bourrine-ball déjanté, du flat en mode bonne ambiance, du basket pèpère et du MUni de fou. Petit retour sur la compétition la plus fun du calendrier monocycle français.


Mario lors du trial. Photo de Romain Gadiolet.

Arrivée le samedi sur le parking Ikea. Comme d'habitude, la marque suédoise a mis les moyens en nombres de palettes, et l'orga a assuré sur les zones. Des difficultés massives, de la hauteur, de la technique : le trial à Dijon, c'est quelque chose de complet. Les zones sont classés de A à F et rapporte un nombre de points correspondant lorsqu'elles sont franchies. A ce petit jeu, c'est le Suisse Pierre Sturny, simplement mis en échec par une zone mal fixée qui s'en tire le mieux. Un max de points pour écraser la concurrence. Il finit premier senior avec 142 points, devant Eddie Ducol avec 134 points et Mario Bel à 129 points. Paul Sergent finit quatrième à un souffle de Mario.


Paul Sergent lors du trial. Photo de Romain Gadiolet.

En junior Armand Martinez montre qu'il faudra compter avec lui à l'avenir. Il finit à 122 points, devant Lou Martin, qui fait des progrès éclairs et arrive à grande vitesse vers le plus haut niveau. Il a marqué 111 points. Jérémy Bonzon complète le podium avec 91 points. Enfin, chez les plus jeunes, c'est Hugo Vieilly qui remporte la palme avec 92 points, devant Clément Pujol et Marius Going Maillet (43 et 28 points).

Le soir même, c'est le Bourrine-ball. Déguisements débiles, discipline folle, où l'énergie déployée joue pas mal, même s'il reste une belle part d'aléatoire dans les matchs. La Raconnay Family s'impose contre Anim'à fond en finale. A la troisième place, les Village Popole ont montré de quoi ils étaient capables.


L'équipe Roule Ta Bi(s)lle parée pour le Bourrine Ball. Photo de Didier Record.

Le dimanche, place au tournoi de basket. Sept équipes sont alignées : une équipe reste du monde, une monobo, une Pas le Bon Pied, une Cycl'one, une Cycl'one junior, une Anim'à fond et une Roule Ta Bi(s)lle. Tout le monde joue contre tout le monde, avant les matchs de demi-finales et de finales. Ce sont logiquement les Cycl'one qui tiennent la tête après les poules. Les frangins Caire tiennent la baraque, et même si un Anim'à fond renforcé à tenter de faire jeu égal, ce fut peine perdue.


Cycl'one et Anim'à fond lors de la finale du basket. Photo de Didier Record.

Les deux équipes se retrouvent alors en finale. Et c'est la leçon, puisque Cycl'one s'imposent sur le score fleuve de 47 à 14. Il faut noter la très jolie performance des Cycl'one juniors qui s'imposent en petite finale contre les organisateurs Pas le Bon Pied. Une équipe junior organisée, qui fera très mal dans le futur !

Le soir même, place au flat. Dans une ambiance survoltée, les battles s'enchaînent, animée par Damien Dyonne. En espoir, Malik Ghafary s'impose devant Jérémy Bonzon et Alexandre Delecroix. En élite, et en l'absence de certains habitués (Adrien Delecroix, Bobousse, Damien Dyonne qui a préféré rester aux commentaires,..), Mario Bel s'adjuge la troisième place. Devant lui, Cyril Mercat est deuxième. La première place revient à la surprise générale a un outsider, Kévin Gaudillère, en pleine progression ! Félicitations à lui !

Enfin, lundi, et malgré la pluie nocturne, place au MUni. Trois parcours sont proposés, un espoir plutôt roulant pour les frileux, un expert pour les monocyclistes ambitieux et un élite pour les fous. Sans surprise, ce sont les frères Caire qui squatte le podium élite. Paul Sergent réussi à s'incruster entre les deux. Jérémy est donc premier, devant Paul et Adrien. Un gros parcours, fort apprécié des connaisseurs qui n'ont pas hésité à remonter pour un deuxième tour. En expert Franck Hallay confirme, après son résultat en CFM, qu'il faut compter sur lui en tout-terrain, il termine premier, devant Clovis Perret et Denis Hallay. Un deuxième podium réunissant une fratrie ! Enfin, les frileux ont vu un petit jeune s'imposer : Clément Pujol devance Antoine Rondeau et François Wurmser (tiens, c'est moi !). Bon, il faut bien avouer que la mesure des temps n'ayant pas été des plus précise, nous sommes en fait tous les trois ex aequo, dans la même minute.


Photo de Franck Hallay.

Retour de MUni, un petit apéro commun, pour un au revoir, et un DSLR réussi. Merci beaucoup aux orgas, qui sont vraiment peu nombreux et se décarcassent pour rendre tout cela possible.

Quelques retours presse : Le Bien Public 1 ; Le Bien Public 2 ; France 3.

Réagir sur le forum.

P.S.: il me manque une photo de flat, n'hésitez pas à me les envoyer, et je rajouterai ça à l'article !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.