Ce week-end, c'était la rentrée. Loin des cartables et des bancs d'écoliers, c'était la rentrée du monobasket Francophone (ben oui, on a des Belges et des Suisses, alors c'est pas que Français !). A Bron, c'était que du bon. Le tournoi de monobasket organisé par les Braizanbas étaient très attendu par l'ensemble des équipes qui étaient impatientes de mesurer les progrès accomplis pendant l'été. Pas moins de 15 équipes ont fait le déplacement, ce qui constitue un record pour un tournoi de la ligue hors celui d'Ingré.

Les différentes équipes avaient hâte d'en découdre ! Nous avons d'abord été séparés en trois groupes de 5 équipes, intégrant pleinement les trois équipes juniors au tournoi senior, et ce en mode championnat. Les deux premiers de chaque groupe intégraient ensuite à nouveau un format championnat pour déterminer le vainqueur, alors que les 3 derniers de chaque groupe faisaient de même. Peu de surprises, les favoris ont assuré leur place dans le top 6. C'est passé sans problème pour le Woom noir, les AOC ronds, les CyC'Ass. Ils ont été logiquement rejoints par le Woom blanc, les monogygotes et leur puissant renfort Julien, et enfin les Belges de Wheel Frites (anciennement Louvain-La-Neuve).

Dans le championnat du bas, les équipes un peu plus anciennes découvrent une myriades de nouvelles équipes, comme les juniors et les séniors de Clermont, ou encore les Rennes Monostars, qui ont complètement changés de physionomie depuis la saison dernière. Organisés, agressifs sur le ballon, il ne faut pas les prendre à la légère ! De même, les juniors Clermontois ont profité d'une équipe organisée, à l'aise sur le mono, et conquérante. Ils ont pu ainsi battre ou inquiéter plusieurs équipes seniors. Les Anim'à fond remporte ce tableau du bas, jouant sans complexe, et forts de leurs entrainements réguliers.

Dans le championnat du haut de tableau, quelques matchs ont été fort disputés, que ce soit CyC'Ass versus AOC, ou Woom noir versus AOC par exemple, mais également Monogygotes versus Woom blanc, etc. Les Belges faisaient jeu relativement égal avec les AOC ronds lorsque le match a été brutalement interrompu par le chute sur le dos de Louis, ensuite évacué vers l'hôpital. Mais tout va bien pour lui, il a pris un gros choc, mais rien de sérieux au final.

Les Wooms Noirs remportent logiquement ce tournoi, devant les CyC'Ass, vainqueurs sans trop de problème d'une AOC ronde mal réveillé à 9h du matin.

La suite de cet article est un peu plus « éditoriale », dans le sens où elle ne présente que mon point de vue et n'engage donc que moi.

Une chose m'a semblé marquante sur ce tournoi, c'est la tension qui peut exister lors de certains matchs, surtout au plus haut niveau (ce n'est pas nouveau, mais je crois que nous avons atteint des sommets). Lorsque l'on joue des matchs à ce niveau, une vrai rivalité s'installe, et si l'on ajoute à cela la tension et la pression qui s'accumule sur les épaules des joueurs, on a parfois des résultats détonants ! Je pense qu'il y a ici un problème important dans l'évolution de notre sport, problème qu'il va falloir résoudre rapidement, si nous voulons conserver l'atmosphère conviviale pour laquelle nous sommes connus.

Quelle est l'origine du problème ? Aller, je m'essaie à un diagnostic. Que des joueurs s'énervent, ou craquent sous la tension, ce n'est pas étonnant, c'est inévitable, et ce sera toujours le cas (même si chacun doit faire des efforts pour que ça n'arrive pas). Je pense que le principal problème réside dans la gestion par le corps arbitral de ces tensions, énervements. Lorsque les joueurs parlent trop, contestent, s'énervent, le règlement propose tout un arsenal de sanctions, qui vont de la faute technique à la faute disqualifiante. À l'heure actuelle les arbitres sont également des joueurs d'autres équipes, et manquent pour beaucoup de l'expérience suffisante pour arbitrer à ce niveau, du charisme pour décider, dans un match qui part vers l'escalade, d'utiliser à bon escient la prévention vers les joueurs, puis si besoin de distribuer les sanctions rapidement pour calmer les esprits, et se recentrer sur l'essentiel : le jeu, et le plaisir du jeu.

Des solutions possibles : une « professionnalisation » du corps arbitral, c'est-à-dire des arbitres qui ne soient pas également des joueurs. C'est une solution irréaliste à court terme, mais vers laquelle nous devrions essayer d'aller à long terme. L'urgence, c'est de former les arbitres. Plus, plus et encore plus. Pour celà, nous devons remettre en place des formations d'arbitrage sur un week-end. Mais ce n'est pas suffisant, car seul très peu d'arbitres feront vraiment le déplacement vers ces formations. Le plus important me semble de sensibiliser à l'arbitrage au sein des clubs. À la foi en expliquant le rôle de l'arbitre auprès des jeunes, et en essayant au maximum de donner l'occasion de s'y essayer. Arbitrer un match d'entrainement, permettra au moins de s'habituer à ce rôle, à la responsabilité qu'il représente et qu'il faut assumer, en n'hésitant pas à imposer ses décisions. Le club de Brumath a été précurseur sur ce point, et je pense que les autres clubs devraient suivre cet exemple.

Tout cela bien sûr ne représente quelques idées, et si vous avez une opinion sur la question, n'hésitez pas à réagir sur le forum.

Merci à Romain Gadiolet pour les photos.

Gingo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.