Niché dans un creux de montagne au cœur du Pays de Lure, la ville de Forcalquier vaut le coup d’œil en soit. C'est une vieille ville fondée au onzième siècle. Citadelle de vieille pierre, église du treizième. Alors quand on y ajoute la plus sympathique des conventions de monocycle, le déplacement est quasi obligatoire !

Car ce qui caractérise avant tout cette convention non compétitive, c'est l'ambiance joyeuse et relax qui y règne. Concerts, apéros, jeux, tout terrain, la recette parfaite du bonheur sous le soleil des Alpes du sud.

Ça commence en douceur le vendredi soir, avec les arrivées successives et progressives des participants. Et parce qu'il faut bien que les gens soient heureux, le bar est ouvert, et c'est dans la joie et l'allégresse que chacun pose sa tente, installe son matelas pneumatique et son duvet, et discute avec les autres arrivants.

Le samedi matin, les choses sérieuses commencent aux environs de 10h, le soleil tape fort, et les jeux à monocycle arrivent. Béret, guide aveugle et autres curiosités sorties de l'esprit inventif d'Yvon. Cette année, le thème est la fête foraine, ça risque d'être intéressant ! Il est probable que tout cela se termine en basket et hockey à monocycle, la crème des jeux collectifs en mono.

A 17h, parade dans la vieille ville (thème : rouge, préparez vous !), qui finit en apothéose avec le pèlerinage 51 sur les hauteurs de la citadelle, qui domine l'ensemble du Pays de Forcalquier. La vue y est magnifique, et l'accompagnement du 51 parfait (à consommer avec modération !). Un petite descente de la citadelle plus tard, et hop, on mange les bons repas d'Andrea, pour ensuite filer place du Bourguet. Le bal à monocycle est à vivre une fois dans sa vie ! Il sera animé cette année par le groupe Patates Sound System. Et je danse, danse, danse…

Dimanche 19 mai, la matinée se brunchise tranquillement en attendant le départ pour l'épique montagne de Lure. Un sommet tout en cailloux descendu en parallèle par 80 monocyclistes, ça vaut le coup d’œil. Après un premier kilomètre un peu technique, le chemin devient plus roulant, malgré un passage dans une couche de feuilles étonnante, et l'habituel petit orage de grêle. Les premiers attendront les derniers en sirotant un rafraîchissement bien mérité.

Le week-end se termine enfin en apothéose avec le cabaret monocycle et le concert du groupe Raspigaous. Si à ce moment là, vous n'êtes pas pleinement satisfait de votre week-end, c'est que vous n'êtes pas normaux, pas monocycliste, ou profondément râleur. Mais ça n'arrivera pas.

Vous pouvez vous pré-inscrire jusqu'à jeudi, n'oubliez pas de réserver vos repas.

Forcalquier, accroche toi, on arrrrrrrrrrrrrrriiiiiiiiiiiiiivvvvvvvvvvve !

Gingo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.