Ingré, c'est la référence en matière de tournoi de monobasket. Le plus vieux puisque la première édition a eu lieu en 2009. Le plus grand en nombre aussi, plus de 100 joueurs et joueuses, dans 20 équipes. Et maintenant, un temps de jeu très bon, avec l'extension des plages de jeu. Alors oui, on est fatigué, mais c'est de la bonne fatigue !



Quelques événements marquants de ce week-end de monobasket.



D'abord, côté junior, cinq équipes étaient présentes. Ce sont les Alsaciens des Troubadours qui dominent les débats avec une équipe expérimentée qui n'a rien à envier à certaines équipes plus expérimentées. Chez les juniors, on notera le premier tournoi de la jeune équipe des PadaWheels, les padawans à une roue du club ORNI (Objet Roulant Non Identifié). De très jeunes joueurs qui ont découvert avec beaucoup de plaisir le monobasket en tournoi. Et ils ont même remporté un match, ce dont ils étaient à juste titre très fier !


Photo Léo Botton-Divet



Le tournoi d'Ingré se divise après une première phase de poule en deux tournois distinct, le tournoi élite, et le tournoi espoir.



En espoir, deux équipes sont franchement au dessus des autres, il s'agit des bordelais de Monogygote, et des parisiens de Roule Ta Bille. C'est donc en finale qu'elle se retrouve pour la deuxième fois (le premier match s'est terminé sur une courte victoire Roule Ta Bille, 18 à 16). Cette finale restera comme un des meilleur moment du tournoi. Aucun autre match en parallèle, tous les joueurs sont rassemblés pour regarder cette finale espoir. Les deux équipes restent au coude à coude toute la rencontre, dans une ambiance qui monte au fur et à mesure du match. La tension est à son comble. Les fautes tombent, et ce sont les Roule Ta Bille qui perdent un joueur les premier. Sans remplaçant, les voilà à 4 contre 5. Mais les bordelais perdent également des joueurs pour 4 fautes, rééquilibrant le match. Le temps règlementaire se termine finalement sur un score équilibré, 25 partout. Et ce sont les prolongations. A 3 contre 4, les Roule Ta Bille finissent par plier, au bout d'eux mêmes. Les monogygotes font l'écart inexorablement pendant les cinq minutes de prolongation et remportent le match, sous l'impulsion de leur intérieur, Thierry, survolté. Les deux équipes tombent dans les bras l'une de l'autre, heureuse d'avoir joué ce match, quel qu'en soit l'issue.



En élite, pas mal de matchs accrochés, mais les demi-finales sont finalement sans surprise. D'un côté, le Woom noir, champion du monde en titre affronte sa seconde équipe, le Woom blanc. De l'autre, les franco-suisse de Cycl'Ass rencontre les Wheel frites, l'équipe Belges bien en réussite dans ce tournoi élite.



Si les belges se défendent très bien contre les alpins, il leur manque encore un petit quelque chose, puisqu'ils s'inclinent de cinq point, 21 à 16.


Photo Léo Botton-Divet



Du côté des lyonnais, la logique est parfaitement respecté. L'équipe 1 des Woom remets les choses en place en gagnant contre leur équipe 2, qui les avait battu à Bron en décembre. Victoire somme toute facile, 26 à 13.



La finale est donc un grand classique du monobasket mondial, puisqu'elle oppose les champions du monde en titre à leur dauphin. Et une fois de plus, les noirs du Woom imposent leur jeu et creusent très rapidement l'écart, allant même jusqu'à mener 15 à 2 ! Les Cycl'ass se réveillent ensuite, mais il est trop tard, les lyonnais ne seront plus rattrapés. Score final : 28 à 20.



On sentait dans l'esprit des équipes l'arrivée du championnat du monde de cet été, et l'objectif est clair pour les meilleurs : aller chercher l'or en espagne !



Merci à l'ensemble des organisateurs, notamment Cyril et Thierry qui font beaucoup en amont, et Laurent qui a beaucoup donné sur place, organisant sans relâche arbitrage et tables de marque. Merci enfin à l'ensemble du club d'Anim'à fond pour ce beau tournoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.